Cattenom et nucléaire de m…e !

Nous irons tous au paradis, irradié-e-s, qu’on veuille bien y croire ou non, au paradis! Et puis, le paradis, finallement, c’est bel et bien ici que ça se passe, en ce bas monde. Et n’est-ce pas déjà le cas, au quotidien, pour les actionnaires d’EDF, dont à 84,5 % l’État français.

Et les quatres réacteurs de Cattenom, dans tout ça, qu’ont-ils de paradisiaque? La réponse est toute simple, c’est est une merveilleuse et prodigieuse machine à sous. La centrale nucléaire, amortisée depuis des années, rapporte aujourd’hui très, très gros. Pourquoi donc s’en défaire, ce serait une pure folie!

Cattenom, mise en service du premier réacteur en 1986, produit donc de l’ectricité depuis un quart de siècle, et on s’en rejouit … à Paris. On est loin, là-bas, très loin des quatres réacteurs dont on voit la fumée blanche monter dans le ciel, par temps clair et froid, de presque partout dans la Grand-Duché!

Et puis, ne soyons pas dupes, afin de produire son électricité, et 78 % de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire, l’État français, ultra-centraliste, a merveilleusement bien su créer une fois de plus l’exception qui confirme la règle, en implantant depuis des décénies ses centrales nucléaires aux quatre coins de l’hexagone. Une seule règle étant de rigueur, plus la distance avec la capitale est grande, mieux on vivra, à Paris, avec les centrales nucléaires.

Que ce soit Cattenom, Fessenheim, Chooz, Penly, Paluel, Tricastin, Golfech, Blayais, ne cherchez surtout pas de réacteurs en région parisienne, ce serait peine perdue, il n’y en a pas!

Mais ce n’est pas le seul problème, il y a les centrales nucléaires françaises en service, et il y a celles à l’arrêt, qui font tout aussi froid dans le dos! Comme la centrale nucléaire de Brennilis, dans le Finistère (Bretagne). « Plus de 25 ans après la mise à l’arrêt du réacteur, des doutes subsistent quant à la marche à suivre. D’ici à cet été (2011), l’autorisation de reprendre les opérations pourrait être donnée, à l’exclusion du démantèlement du cœur du réacteur. En cause, la gestion des déchets hautement irradiés pour lesquels aucune solution pérenne ne serait mise en place avant … 2025 » ! (c.f. www.usinenouvelle.com).

Les craintes subsistent, les angoisss aussi, et il y a matière à réflexion. La liste avec les questions que ne se posent pas seulement celles et ceux habitant à proximité d’une centrale nucléaire est beaucoup trop longue. Exigeons donc des politiques français actuels, stars de la presse people, qu’ils rendent compte pourquoi ils n’ont nul intention de renoncer au nucléaire. Combien de Tchernobyl, Three Mile Island, Sellafield et Fukushima faudra-t-il encore, avant que nous, électrices et électeurs vivant dans des pays démocratiques à travers le monde, ne décidions de nous débarasser une fois pour toutes des politiques irresponsables, voire criminels, qui ne cessent de nous mentir, tout en s’enrichissant par le biais du nucléaire! Mettons un terme à tout ça, arrêtons la folie, empêchons que la planète ne devienne terre meurtrie, invivable, Terre maudite!

Agissons, agissez, rejoignez la mobilisation nationale contre le nucléaire et participez à la manifestation du 26 avril à 18h00 sur la place Clairefontaine à Luxembourg‐Ville! Plus d’infos sous http://stopatom.lu/.

Rien à dire ? Dites-le quand-même, il est grand temps!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s